Histoire du monument

Le nom de Berzé-la-Ville apparaît dès 1042 dans les textes de l’abbaye de Cluny. L’acquisition du domaine se fait en plusieurs étapes durant tout l’abbatiat d’Hugues de Semur (1049-1109).

C’est seulement en 1100 que la propriété pleine et entière du prieuré de Berzé-la-Ville par l’abbaye de Cluny est établie suite à de nombreux échanges, achats et aussi d’alliances finement arrangées par l’abbé Hugues.

C’est sans doute à partir de cette date que les bâtiments et la chapelle sont construits. 

A la mort d’Hugues, en 1109, les travaux ne sont pas terminés. Le saint abbé, qui a commandé et peut-être même défini le programme iconographique, n’a pas vu le chef d’œuvre achevé.

Les siècles suivants ont laissé très peu d’informations sur le prieuré. Les bâtiments sont reconstruits au XVIIe siècle. Ils sont aujourd’hui une propriété privée et ne peuvent se visiter.

Après la Révolution, le prieuré est vendu comme bien d’Eglise. Il devient alors une exploitation agricole.
 

 

Ce n’est qu’en 1887 que les peintures murales sont fortuitement découvertes par Philibert Jolivet, le curé de la paroisse. La chapelle est classée Monument Historique en 1893. 

Après la seconde guerre mondiale, l’ensemble des bâtiments est mis en vente. Mais Dame Joan Evans archéologue et mécène britannique, rachète la chapelle et en fait donation à l’Académie de Mâcon en 1947.

En 2016, l’ouverture au public est confiée au Centre des monuments nationaux.

MenuFermer le menu